9782092543030

Hazel est malade. Gravement. Augustus est en rémission. Elle a 16 ans, lui 17. Dès leur rencontre, en groupe de soutien, il est charmé par son originalité, elle est séduite tout court. Ils ont le même humour, le même regard sans concession et leur complicité est immédiate. C'est le début d'une magnifique histoire d'amour et d'amitié.

 

Ce livre est dans ma PAL depuis un petit moment. J’ai eu envie de le lire car je vais voir le film en Août avec ma sœur et c’était juste hors de question que j’aille voir le film sans avoir lu le livre.

 Concernant l’histoire, on suit Hazel, 16 ans, atteinte d’un cancer de la thyroïde qui a également atteint ses poumons. Elle se rend à des séances de soutien pour jeune cancéreux. Hazel va à ses séances pour faire plaisir avant tout à ses parents qui font tous pour qu’elle rencontre de nouvelles personnes. Lors de ses séances, Hazel rencontre Isaac (atteint du cancer des yeux). Après quelques séances, Isaac amène un ami Augustus, cancéreux en rémission. Naît alors entre eux une amitié et au fur et à mesure grâce à l’insistance de Augustus une relation plus intime. Un livre va les réunir : Une impériale affliction.

 Hazel est un personnage très touchant. Elle est fragile mais forte à la fois. Elle possède une volonté de se battre et ne veut pas être une « grenade » pour les gens qu’elle aime. Augustus, quant à lui, est très attentionné envers Hazel. Il va tout faire pour réaliser le rêve d’Hazel, quitte à mettre en jeu leur santé. Augustus a une peur qui ne le quitte pas, il a peur de mourir sans laisser de trace pour le futur. J’ai beaucoup aimé ses métaphores comme avec la cigarette non allumé à la bouche.

 J’ai beaucoup aimé la présence d’Isaac et la douleur qu’il vit entre la rupture et sa maladie. Je trouve également que les parents d’Hazel apportent un supplément à ce livre, un soutien énorme, un sacrifice pour leur fille ce qu’Hazel a très bien à l’esprit.

 J’ai beaucoup de mal à mettre des mots sur ce que je ressens tellement ce livre m’a bouleversé. Dès les premiers mots de ce livre, je me suis laissé transporter dans leur histoire, à un tel point que j’en ai été impliqué comme si ces personnages étaient mes amis. J’ai lu ce livre en une seule journée, impossible de le lâcher. Je suis passer du rire aux larmes à travers cette lecture.

 J’ai été très triste de tourner la dernière page de ce livre, j’aurais aimé continuer l’escapade en Hollande, continuer à être dans leur vie.

 Je trouve que John Green a trouvé les mots justes pour faire de cette fiction un véritable best seller, abordé une des maladies les plus tabous de notre société en une histoire d’amour émouvante et poignante, cela n’a pas de mots.

 Je n’ai trouvé aucun point négatif dans cette lecture. Même si en lui-même l’histoire est triste, j’ai fini ce livre avec un sentiment de bonheur indéfinissable. Ça faisait longtemps qu’un livre ne m’avait pas apporté ce sentiment.

 Je ne peut être que d’accord avec la citation de Mélanie Blossier sur le 4ème de couverture : « Alors qu’on craint ne ressentir que de la tristesse en le refermant, le livre nous fait aimer la vie plus que jamais ».

 Je ne peux vous dire qu’une chose : « lisez ce livre, ne vous laissez pas surprendre par le thème abordé vous ne vivrez qu’un moment unique de lecture en compagnie de ses personnages plus réel que jamais ».

 Maintenant, je sais que je dois préparer mouchoirs à gogo et maquillage waterproof pour aller voir le film. Car si je réagis comme le livre, je vais pleurer les ¾ du film.

 

Ma note : 12/10 Un coup de cœur